mardi 3 mars 2015

Jeudi 7 septembre 1995 : Ferme de Larraye – Remiremont.

Les nuages de la nuit sont bien là. Chargés d'eau et menaçants, ils sont entraînés rapidement par un vent latéral.
Je reprends tout de même la randonnée à 10h15, au départ de la ferme de Larraye. Mais la pluie se met bientôt à tomber. Je m'abrite sous un arbre. Inutile ! J'enfile la cape par dessus le sac à dos et je continue sous une pluie battante sur la petite route.
Au rond Xatier, il devrait y avoir une belle vue, mais l'horizon est bouché. Je m'engage dans des chemins herbeux longeant des pâturages. La pluie redouble d'intensité. Je remonte jusqu'à la Beuille, je quitte le parc naturel régional des Ballons des Vosges  et je rejoins la route des Forts à la barre de la Vigotte (704 m).
La pluie s'arrête. Je descends à la Croisette d'Hérival, source de la Combeauté, à l'entrée d'un vallon humide. Le restaurant, pour l'heure, est désert.
Maintenant le GR va se poursuivre sous forêt, descendre peu à peu vers la vallée de la Moselle et gagner les premiers faubourgs de Remiremont. La pluie s'est remise à tomber, les chaussures sont trempées. Je domine la ville et  pénètre dans un parc public, la promenade Charles-David. Par le calvaire et le long du Champ de Mars, je descends vers le centre de Remiremont, ville au riche passé historique, et berceau de l'industrie textile dans les Vosges. J’emprunte la rue du Calvaire. C’est d’ailleurs au numéro 6 de cette petite rue que je suis né !
 Il est 13h15. Près de l'église, Viviane, dans le Trafic, me fait des appels de phares.

Nous allons chercher un endroit pour manger dans la voiture.
Ensuite nous irons nous installer dans une clairière isolée. A cause du mauvais temps, nous y passerons l'après-midi. Peu de sorties (et avec bottes et capes). On effectue toutefois une balade à Remiremont à la faveur d'une éclaircie.


1 commentaire:

  1. Un pays d'eau quoi...
    D'eau douce...
    Pluie d'ouest ou d'ailleurs à Remiremont ?

    RépondreSupprimer